Le réseau d'échanges Facebook offre plus de liberté aux développeurs |

Site d'un fan des pommes et de high tech

Le réseau d’échanges Facebook offre plus de liberté aux développeurs

Internet.org sera désormais à la disposition de tous les développeurs dans le but de leur permettre de faire la promotion d’applications qui ne consomment que peu de bandes passantes et prévues pour les téléphones mobiles d’entrée de gamme.

Mark Zuckerberg a fait lundi dernier une interview exclusive pour prendre la défense d’Internet.org auprès des géants internationaux comme Bill Gates quant à ses procédés de promotion d’internet auprès de toute la population. L’homme profite en même temps de cette occasion pour faire part de l’ouverture du site à l’ensemble des développeurs.

Le fondateur du plus grand réseau social du monde veut répondre aux mauvaises réflexions que certains ont émises sur Internet.org concernant le concept de ‘neutralité du Net’. En général, le concept d’Internet.org consiste à mettre à la disposition des internautes nouvellement connectés des offres de services indispensables au quotidien, et ce, d’une manière complètement gratuite. Le service reste cependant mitigé puisque les services qui leur seront accessibles ne concerneront que des fonctionnalités minimes.

L’homme défend son idée en mettant le concept de la neutralité sur le compte de l’accessibilité. Ici, l’accès à internet sera donc priorisé grâce à des partenariats avec des opérateurs en ligne qui désirent travailler avec son site. Il renforce la gratuité des services d’Internet.org et y attribue un début à l’effet de neutralité.

Des options encore méconnues

Le dirigeant de Facebook explique qu’Internet.org a été mis en place afin d’inciter les gens à se connecter, d’abord à partir de services gratuits, puis en renforçant l’accès et les services mis à leur disposition via des services payants. Selon lui, la promotion des services de base grâce à un procédé gratuit sera moins susceptible d’engranger des pertes par rapport à des services plus compliqués à utiliser. L’homme appuie son idéologie en mettant à la disposition des internautes une version de Facebook plus simplifiée où aucune image ni vidéo ne peut être visionnée.

Mark Zuckerberg met ainsi sa plateforme à la disposition de tous les opérateurs qui désirent profiter de son offre de service.

Pour que le procédé soit rentable, l’homme demande à ce que la bande passante soit la plus simple possible, c’est-à-dire sans vidéos, avec peu d’images et pouvant être utilisée sans Java Script.

 


Post a Comment