Catégories
News

Vers une nouvelle Loi Renseignement pour 2020 ?

Alors que le monde est secoué par une crise sanitaire et économique, rien de mieux qu’une nouvelle Loi Renseignement pour compléter le tableau. Qu’est-ce qui nous attend ?

L’année 2015 a été charnière dans les lois liberticides en France puisque c’est l’avènement de la Loi Renseignement. Cette législation, votée hâtivement après les attentats en France, avait littéralement légitimité la surveillance de masse sur tout le territoire et sur tous les résidents. 5 ans plus tard, rebelote, des parlementaires issus de la majorité veulent « moderniser » cette Loi Renseignement avec les mêmes prétextes. Que la technologie a avancé par rapport à la loi et qu’il faut s’adapter. Donc, plus de mesures liberticides pour moins de transparence.

Le chiffrement, c’est le mal

Comme la France s’inspire énormément des États-Unis, autant dire que le résultat n’est jamais fameux. La grande menace dans la technologie de 2020 et au-delà est les chiffrements. Cette nouvelle Loi Renseignement imposerait aux éditeurs de logiciel d’intégrer des Backdoors dans leurs protocoles de chiffrement pour que les autorités puissent accéder aux données sécurisées si c’est nécessaire. Les affaires de meurtre liées à l’iPhone aux États-Unis ont permis d’attaquer le chiffrement sur tous les plans.

Jusqu’à présent, le chiffrement est resté inviolable dans les législations européennes. Et comme d’habitude, la France veut la triste pionnière de casser cette barrière de sécurité pour les internautes. Pour le moment, ce ne sont que des ballons d’essai dans la presse. Mais qui sait s’ils ne vont pas voter cette Loi Renseignement alors que tout le monde achète des rations de premier secours ? Dans un gouvernement qui ne comprend rien à la technologie, tout est possible et le résultat sera désastreux.

Toutefois, l’espoir persiste, car on a appris que la Commission européenne allait utiliser la messagerie Signal pour ses communications. Moins connu que Whatsapp ou Telegram, Signal est draconien sur le chiffrement. Mais peut-être qu’ils trouveront une exonération pour les politiciens et les institutions et que le reste de la population n?est pas protégé.

Les fameuses boites noires maintenues

La principale crispation de la Loi Renseignement de 2015 était les fameuses boites noires. Des dispositifs de surveillance, implantés chez les FAI, mais aussi les hébergeurs. C’est le mécanisme qui offre une surveillance de masse au niveau national. Ces boites noires avaient été votées, mais uniquement dans un but de test et jusqu’en 2018.

Et c’est là qu’on comprend l’empressement à voter une nouvelle Loi Renseignement. Ces boites noires seront étendues jusqu’en 2020 et donc, une nouvelle loi cette année, permettre de l’étendre pendant encore 5 ou 10 ans. La boucle étant bouclée, la surveillance de masse continuera comme d’habitude. Encore une fois, cette loi arrive au pire moment, car les gens ont d’autres préoccupations et on risque d’être les dindons de la farce que lorsqu’il sera trop tard.